In Memoriam : le brigadier-chef Marc Martin-Vallet

BCH_Martin_VALLET_internet

Il est le septième soldat français mort pour la France au Mali. Le brigadier-chef Marc Martin-Vallet du  515 ème régiment du train de la Braconne a été victime ce mardi 30 juillet d'un été victime d' un accident mortel à une vingtaine de kilomètres au Nord-Est
de
Douentza à bord de son véhicule de transport
logistique (VTL). Son portrait.




Né le 22 novembre 1984 à Saint-Denis (93), le
brigadier-chef Marc MARTIN-VALLET aura servi la France durant près de sept
ans.

 

A 22 ans, le 24 octobre 2006, après avoir obtenu un bac
professionnel comptabilité, il souscrit pour cinq ans un contrat d’engagé
volontaire de l’armée de Terre au CIRAT (centre d’information et de recrutement
de l’armée de Terre) de Dunkerque (59).

Le 7 novembre 2006, il rejoint le 515e
régiment du train à Brie (16) ; il y débute alors sa formation initiale
pour une durée de 2 mois durant laquelle il fait preuve d’un fort potentiel et
de prédispositions pour le métier remarqués par sa
hiérarchie.

Le 1er juin 2007, il est élevé à la
distinction de 1re classe et est affecté à l’escadron de transport
n°4. Engagé discipliné et volontaire, il y occupe la fonction de citernier
tactique et obtient le 6 mars 2008 son certificat technique élémentaire (CTE)
« gradé d’escouade » dans le domaine mouvement
ravitaillements.

 

De mai à septembre 2008, il est désigné pour participer à
l’opération TRIDENT au Kosovo en qualité de citernier tactique, contribuant au
ravitaillement et au soutien en carburant de la
Task Force Nord. Il exécute brillamment les
tâches qui lui sont confiées et montre de solides connaissances de son matériel
qu’il met avec enthousiasme et grand professionnalisme au service de
l’accomplissement de la mission.

 

Dès son retour, s’appuyant sur un travail rigoureux et
une forte motivation, il suit, du 1er décembre 2008 au 6 février
2009, la formation générale élémentaire (FGE) à l’issue de laquelle il obtient
d’excellents résultats.

Le 1er juillet 2010, il est nommé au grade de
brigadier et obtient, le 1er septembre de la même année, son certificat de
qualification technique dans la spécialité mouvements
ravitaillements.

De mai à septembre 2011, il est projeté avec son escadron
au Liban dans le cadre de l’opération DAMAN XV FINUL. Durant cette nouvelle
mission en tant que citernier tactique, ses chefs saluent, une fois de plus, son
exemplarité.

 

A l’issue de sa mission, il ne cesse de se perfectionner
et d’accroître ses compétences techniques et tactiques. Il confirme qu’il est un
soldat solide et déterminé, expérimenté et aguerri. Ses qualités sont
unanimement reconnues : ses états de service sont donc récompensés par une
promotion au grade de brigadier-chef le 1er octobre
2012.

 

Le brigadier-chef MARTIN-VALLET était engagé au Mali
depuis le 30 mai 2013 dans le cadre de l’opération SERVAL 2 où il remplissait la
fonction de spécialiste manutention transport.

Mardi 30 juillet, en
fin d’après-midi, il a été victime, à bord de son véhicule de transport
logistique (VTL), d’un accident mortel à une vingtaine de kilomètres au Nord-Est
de Douen
 tza. Lors d’un convoi logistique en direction de Bamako, son véhicule a
versé dans un fossé après avoir cherché à éviter une ornière. Au cours de cette
mission, le brigadier-chef est décédé et un soldat a été blessé. Les deux
militaires ont été évacués vers l’antenne chirurgicale de
Gao.

 Le brigadier-chef MARTIN-VALLET était titulaire de la
médaille d’outre-mer avec agrafe Liban, de la médaille d’argent de la défense
nationale, de la médaille commémorative française avec agrafe Ex-Yougoslavie, et
de la médaille non Article 5 de l’Otan.

 

Le brigadier-chef Marc MARTIN-VALLET vivait en
concubinage et n’avait pas d’enfant.