La garde Républicaine a participé à la sécurité des plages à Aléria

22355864
Photo Corse Matin

Pour la septième année consécutive, un détachement de la Garde
républicaine est mis au profit de la compagnie de gendarmerie de
Ghisonaccia. Ainsi, huit chevaux et quatre cavaliers assurent une
prévention de proximité au cœur de la Plaine orientale, mais pas
seulement.


Au centre du dispositif de sécurité estival, les quatre agents de la Garde républicaine et leurs montures se voient chargés « d'un volet préventif, mais ils ont aussi une vocation répressive »,
précisait le Colonel Rahmani, patron du groupement départemental de
gendarmerie de la Haute-Corse. Le séjour d'un mois et demi de ce
détachement n'a donc rien à voir avec des vacances. Loin s'en faut !

Le Commandant Ducrocq, chef de la compagnie de Ghisonaccia, expliquait «
les trois volets de leur intervention. En premier, la prévention contre
les vols sur les plages ou sur les parkings par exemple puis, la
prévention des incendies, surtout dans les zones boisées comme la forêt
de Pinia. Enfin, ils ont un rôle de police écologique »
.

Concernant la défense incendie, l'adjudant-chef Ranno, chef de détachement de la Garde Républicaine souriait : « C'est notre cheval de bataille. »
D'ailleurs, quand la pression incendiaire est trop forte sur un
territoire, ils peuvent y être projetés à tout moment, comme ce fut le
cas l'an dernier dans le Nebbiu.

Les mêmes personnels d'une année sur l'autre

Logés
sur le centre de détention de Casabianda, à Aléria, grâce à un
partenariat entre le ministère de la justice et la gendarmerie, les
haras offrent un cadre idéal à l'ensemble des représentants de ce corps.
Car la situation géographique de la cité antique, à la croisée des
chemins entre Plaine et montagne, permet une diffusion des moyens rapide
et adaptée. Pour la Garde, il est aisé de revenir à la base après leurs
patrouilles de quatre heures quotidiennes. Une parfaite connaissance du
terrain optimise le travail de surveillance, car les mêmes personnels
reviennent chaque année depuis la première édition du dispositif.

Leurs
missions ne se bornent pas seulement à vaquer le long des plages. En
effet, tout rassemblement de personnes, même une fête, peut
potentiellement représenter un danger, voire susciter quelques
convoitises répréhensibles. Mobilité, champ de vision et position
surélevée offrent alors un plus aux forces conventionnelles. Une
complémentarité représentant un « atout pour nous », confiait le
Colonel Rahmani. Un « escadron » à croiser jusqu'à la fin du mois et
pour sûr, il n'y aura pas que les enfants pour être impressionnés !

 Source Corse Matin