La Marine Italienne, toutes voiles dehors dans la rade de Toulon

22108534 

L'équipage
du patrouilleur Cassiopea a reçu la visite du consul
général d'Italie et du conseiller municipal de Toulon, Jean-Claude
Averso. Photo 
Eric Estrade Var Matin

Au milieu des frégates, du BPC Tonnerre et du porte-avions Charles-de-Gaulles, le Cassiopea
a dû se sentir petit. Tout petit. Partis de Livourne, le 29 juillet, le
modeste patrouilleur-hauturier de la Marine italienne et les six
voiliers de l'école navale ont entamé, samedi matin, la première étape
de leur campagne de formation à Toulon.


« C'est toujours un grand spectacle »,confie
le lieutenant de vaisseau, Roberto Ruggiero. Mais les soixante-six
élèves-officiers – dont 14 femmes – âgés de 20 à 23 ans, ne sont pas là
(que) pour flâner, visiter la base navale et les musées de la rade.

Esprit d'équipe et vie en mer

« La campagne d'instruction vise à consolider les connaissances acquises au cours de la première année »détaille le commandant de l'école navale, Simone Malvagna.«Àbord des voiliers, les élèves-officiers découvrent l'esprit d'équipe et la réalité de la vie en mer ». Le Var constitue, en cela, une escale incontournable pour la Marine transalpine. «Àchacune
de nos escales,les membres de l'équipage étudient l'histoire de la
ville, et celle de Toulon est particulièrement riche »
complète Simone Malvagna. Le navire qui les escorte, le Cassiopea,
sillonne, d'habitude, les eaux de couleur turquoise du sud de la Sicile
– non loin de l'île de Lampedusa, où affluent les immigrants
clandestins – dans le cadre d'opérations de surveillance et de contrôle
des flux migratoires.

Le 6 août, la flotte italienne mettra les
voiles vers Barcelone, puis Palma de Majorque. Après l'Espagne, la
Marine se rendra à Monaco, avant de rejoindre la province de Gênes
(Porto Fino), et la Sardaigne. Le retour à quai, à Livourne, est prévu
pour le 14 septembre.

S.B  Var Matin