Le BPC Tonnerre au coeur d’un exercice Franco Jordanien

Le bâtiment Toulonnais Tonnerre ( Un BPC, bâtiment de projection et de commandement) a été au coeur  l’exercice
franco-jordanien Mercy qui s'est déroulé les  1er et 2 avril  en Jordanie.

Cette manœuvre de tir conjointe s'est tenue  sur le camp militaire
d’Al Humaïma à 60 kms au nord du port d’Aqaba.

Ce jeudi, le groupe
amphibie Jeanne d'Arc  , articulé autour du BPC Tonnerre et de la frégate
anti-sous-marine Georges Leygues, a repris la mer en direction de
Djibouti, où il participera à un autre exercice amphibie de grande
ampleur

Conduit à l’occasion de l’escale du groupe amphibie Jeanne d’Arc à Aqaba
du 30 mars au 4 avril, Mercy a mis en œuvre l’ensemble du groupement
tactique de l’armée de terre embarqué (GTE) à bord du bâtiment de
projection et de commandement (BPC) Tonnerre, soit près de deux cents
légionnaires et leur cinquantaine de véhicules, ainsi que les deux
hélicoptères Gazelle et un Puma de l’aviation légère de l’armée de terre
(Alat). Côté jordanien était déployée une section de forces spéciales
du 61ème bataillon des Royal Jordanian Forces et ses véhicules blindés
Humvees.
Cet exercice de contrôle de zone mené conjointement par les forces
françaises et jordaniennes s’est déroulé en trois phases : progression
tactique, sécurisation du village de combat, prise d’un point-clé situé
en hauteur. La particularité de l’exercice est d’avoir permis de tirer
avec toutes les armes en dotation au GTE.

Ainsi, l’exercice a débuté par le tir d’un missile Hot par une Gazelle
armée d’un missile Hot sur une cible sitée en contrebas du village de
combat et ouvrant la voie à l’intervention au sol. Quatre chars AMX10-RC
ont ensuite appliqué des tirs au canon de 105 mm sur le périmètre
ciblé, permettant à deux sections de véhicules de l’avant blindés (VAB)
de se déployer à une centaine de mètres du village, en appui d’une
troisième section chargée de sécuriser le périmètre. Une fois la zone
tenue par les Français, la section de forces spéciales jordaniennes est
entrée en action pour une manœuvre coup de poing sur le col situé au
dessus du village. Appuyés par les tirs de mitrailleuses appliqués
depuis le Puma, les éléments jordaniens ont ainsi pu saisir le point
haut en quelques minutes. Peu de temps après, les Jordaniens se
désengageaient, suivis par les Français en couverture. En quarante-cinq
minutes, la manœuvre coordonnée avait été conduite avec succès et
réalisme.
Cet exercice avait été précédé d’une journée de tir technique, lors de
laquelle Français et Jordaniens avaient échangé leurs savoir-faire ; les
militaires ayant à cette occasion réalisé des tirs avec l’armement
individuel de l’autre nation. Au total, plusieurs centaines de munitions
ont été tirées par les légionnaires, les forces spéciales jordaniennes
et les hélicoptères de l’Alat : des obus de 105 mm, un missile Hot, des
roquettes ainsi que des munitions de calibre 7,62 mm  et 5,56 mm.
Mercy s’est déroulé sous l’œil attentif de Madame Caroline Dumas,
ambassadrice de France en Jordanie, ainsi que de nombreuses autorités
militaires jordaniennes, à la tête desquelles le brigadier général Qasem
Fadeel Nahar Tamashat, commandant de la Marine Royale jordanienne. A
l’issue, les légionnaires ont présenté le système de combat FELIN
(fantassin à équipements et liaisons intégrés), le VAB Ultima, dernière
génération améliorée du véhicule de l’avant blindé, ainsi que du
matériel du Génie
Mercy intervient dans le cadre de la coopération militaire régulière
franco-jordanienne, particulièrement dynamique. « En essor permanent
depuis les années 1980, a rappelé Madame l’ambassadrice, cette
coopération s’appuie sur des liens étroits et une volonté commune de
contribuer à la stabilité régionale ».
Source Marine Nationale