Livre blanc de la Défense: le député Varois Vitel soutient Le Drian… mais vise Bercy

Un coup pour rien… Interrogé ce mercredi à l'Assemblée
nationale lors des questions au gouvernement à propos des folles rumeurs
concernant le livre blanc, Jean-Yves Le Drian n'a rien appris aux
députés UMP.

Vente ou mise sous cocon du porte-avions Charles-de-Gaulle, suppression de 50.000 postes, arrêt du Rafale…  "Il n'a apporté aucune précision. On est dans le flou absolu, a réagit le député toulonnais Philippe Vitel, vice-président de la commission Défense. Sur
ce sujet, il y a consensus parlementaire. On le soutient. Il a une
parfaite connaissance des armées. Mais nous avons l'impression que Le
Drian est seul à se battre pour sauver ce qui peut l'être dans son
budget."

>> LIRE. Va-t-on vendre le porte-avions Charles-de-Gaulle

Dans la cible du député Vitel ? L'ancien ministère de Jérôme Cahuzac : Bercy. 
"Guerre au Mali, otages… Nous devons avoir le souci d'avoir une armée
qui tient la route et qui peut mener à bien toutes ces missions. Il
faut conserver notre souveraineté et notre sécurité ! C'est ce que nous
avons de plus cher. Bercy n'est pas dans cet esprit et n'a qu'une vision
arithmétique. La défense ce n'est pas une administration ordinaire."
Et d'imaginer un slogan : "La sécurité ça n'a pas de prix".

Un ministre soucieux

"Je l'ai trouvé soucieux, presque résigné",
poursuit Philippe Vitel. Jean-Yves Le Drian répondaient ce mercredi à
une question du député UMP Yves Fromion (photo ci-dessous), qui
réclamait des éclaircissement sur le livre blanc.  "Nous devons
faire face aux contraintes budgétaires, a-t-il répondu. Les conclusions
du livre blanc seront soumises au président de la République qui
tranchera."

Par Damien Allemand dallemand@nicematin.fr