Livre blanc: « une pantalonnade » pour un membre des Sentinelles de l’Agora

Nous publions ici une tribune libre sur le livre blanc 2013 sur la défense et la sécurité nationale d'un membre des  "Sentinelles de l'Agora", un club qui s'est  assigné un "devoir d'expression" et
qui cherche à diffuser par tous moyens à sa portée des points de vue moins
"politiquement corrects" .

L'auteur de cette tribune,  général en deuxième section,   n'est pas tendre avec ce libre blanc mais ne manie pas la langue de bois.  Il estime que ce rapport "insulte l'intelligence"  à bien des points de vue.


 Le
Livre Blanc 2013 sur la Défense et la Sécurité nationale insulte l'intelligence
quand il prétend être une réflexion alors qu'il n'est, à l'instar du précédent
qu'il plagie souvent,  que l'habillage
conceptuel  d'une décision politique déjà
prise pour des raisons budgétaires, peut-être idéologiques aussi, mais
certainement pas liées à l'état du monde qui inciterait plutôt à accroître notre
effort.  


Il
insulte l'intelligence lorsque le Président de la République affirme qu'il nous
oblige, au moins pour cinq ans, quand on sait qu'aucune loi de programmation
militaire depuis 1980 n'a pu être conduite à son terme dans le respect des engagements.
Par quel miracle, dans la situation 
économique que nous connaissons pourra-t-il en être autrement pour
celle-ci?  La prochaine réduction
(homothétique ou structurelle) est inscrite dans la logique des politiques de
défense conduites depuis  quarante ans
sauf à s'en prendre, enfin, aux 
administrations qui vivent davantage pour elles mêmes que pour le
service rendu: administrations territoriale et hospitalière , éducation
nationale… .

Il
insulte l'intelligence quand il prétend fixer les objectifs pour quinze ans,
non seulement parce que  l'horizon
visible est celui du mandat présidentiel, mais aussi parce qu'on ne voit pas
pourquoi la volatilité du contexte stratégique qu'il évoque pour justifier sa
rédaction cinq ans après celle du précédent ne le rendrait pas, lui aussi,
inadapté cinq ans après sa parution.

Il
insulte l'intelligence,  quand il
justifie sa rédaction par les mutations majeures du contexte international. A
la lecture il apparaît que les évolutions analysées par le Livre Blanc de 2008
se sont confirmées, voire accentuées ce qui conforte la pertinence des
principes d'action alors énoncés. Ces principes sont d'ailleurs repris dans le
nouveau Livre Blanc sans que l'on puisse 
déceler en quoi  le
"printemps arabe" a pu 
modifier les choix faits en 2008. En revanche la crise économique
apparaît  comme le seul évènement ayant
pu peser sur les choix: mais réduire homothétiquement le format des armées pour
gagner 24 000 postes ne nécessitait pas toute cette mise en scène.

Il
insulte l'intelligence, surtout celle des rédacteurs du précédent Livre Blanc,
quand il affirme  vouloir maintenir les
ambitions et donc les capacités  en
réduisant le format des armées: ces capacités sont devenues proches de  l'échantillon et il n'est pas assuré qu'elles
soient suffisantes pour prétendre entrer en premier sur un théâtre ou
commander  la valeur d'une division type
OTAN dans une opération multinationale.

Finalement, un document
d'une vingtaine de pages rédigé par le ministère de la défense aurait suffit.
Il se serait présenté comme une adaptation du format des armées et de leur
contrat opérationnel  à la réduction du
budget de la défense exigée par les choix du gouvernement pour tenter de
réduire la dette. Si la réduction homothétique permet au ministre de qualifier
ce format d'équilibré, on voit mal en
quoi " par sa crédibilité, son
sérieux, son ambition, il va créer une dynamique
: en tous cas ce ne sera
pas au sein de l'institution!

Général (2S) Christian RENAULT, membre du club des Sentinelles de l'Agora         

 
Téléchargement Livre-blanc-sur-la-Defense-et-la-Securite-nationale 2013