Près de 350 militaires varois sur les Champs-Elysées

Près de 300 marins varois  de Toulon et Hyères participent au défilé du 14 juillet ainsi que la compagnie d'éclairage et d'appui du 21 ème RIMa de Fréjus avec son drapeau et son chef de corps parmi les unités ayant participé à l'opération Serval au Mali.   Revue d'effectifs.


Les unités de la marine basées à Toulon et Hyères qui participent cette année au défilé des troupes à pied sont les suivantes:
– Le Bâtiment de Projection et de Commandement Mistral, sous le commandement
du capitaine de vaisseau François-Xavier Poldermann .
– La frégate de défense aérienne Forbin sous le commandement du capitaine de
vaisseau Marc Aussedat;
– La frégate anti sous-marine Jean de Vienne, aux ordres du capitaine de vaisseau
Pierre-Yves Grente ;
– Les flottilles 35F (hélicoptères Dauphin) et 36 F (hélicoptères Panther) basées à
Hyères, dirigées par leurs commandants respectifs : le capitaine de corvette
Didier Chastel et le capitaine de corvette Xavier Giry.
La musique des équipages de la flotte sera également présente dans le cortège.
Au total, pas moins de 280 marins de l’agglomération toulonnaise défileront sur les Champs Elysées.

L'école du personnel paramédical des armées (EPPA)
Créée le 1er juillet 1990, l'École du personnel paramédical
des armées (EPPA) est l’héritière des écoles de formation des infirmiers
militaires de Dinan (armée de Terre), de Saintes (armée de l’Air) et de
Toulon (Marine nationale). Son drapeau lui a été remis le 28 avril
1992. Citée à l’ordre de l’Armée le 21 novembre 2011, son drapeau a été
décoré de la Croix de la Valeur militaire avec palme de bronze le 14
janvier 2012. L'école défilera pour la première fois avec les deux autres écoles du service de santé : l'école de santé des armées (ESA)  de Lyon Bron et l'école du Val de Grâce (EVDG).

Le bâtiment de Projection et de Commandement Mistral

Au coeur des moyens d’assaut amphibie et de commandement interarmées et interallié,
le BPC Mistral contribue à la crédibilité militaire maritime de la France au sein de l’OTAN
et auprès des organismes internationaux.
177 marins (équipage « optimisé ») dont 35 femmes et un officier d’échange américain.
EFFECTIF DEFILANT : un bloc de 72 marins
Le Mistral est un bâtiment de combat polyvalent :
– porte-hélicoptères d’assaut mettant en oeuvre jusqu’à 16 aéronefs, de type Tigre ou
Caïman Marine
– bâtiment amphibie permettant le transport et la projection de troupes et de matériels
(110 véhicules et blindés et 450 soldats)
– navire hôpital à 69 lits et 2 blocs chirurgicaux
– navire de commandement équipé pour accueillir des états-majors interarmées,
européens ou internationaux conduisant des opérations navales, terrestres et aériennes
depuis la mer les BPC sont des bâtiments d’une polyvalence exceptionnelle et d’une forte
capacité interarmées qui permettent d’apporter des réponses adaptées dans tout le spectre des actions militaires, allant des opérations de vives forces jusqu’à l’assistance aux populations.
Ce bâtiment a notamment participé aux opérations au large de la Somalie
lors de l'opération des forces spéciales destinées à récupérer les
otages français parmi lesquels Denis Allex.   

La frégate de défense aérienne Forbin

Grâce à son haut niveau technologique et d’autonomisation accrue de son système de
combat et de commandement, la frégate Forbin figure parmi les navires de défense
anti-aérienne les plus performants.
200 marins, détachement aéronautique compris, avec la possibilité d’embarquer un
état-major de 21 personnes.
EFFECTIF DEFILANT : bloc de 72 marins
Les frégates de défense aérienne comme le Forbin ont pour vocation la lutte antiaérienne
et le commandement des opérations aériennes en mer et depuis la mer.
La frégate participe à la défense des approches maritimes, s’assure du respect du droit international et de la défense des intérêts nationaux et affirme notre vocation maritime.
Elle remplit avec son hélicoptère Caïman Marine embarqué les missions d’une frégate de premier rang :
– défense anti-aérienne en assurant le commandement et le contrôle de l’espace aérien dans l’environnement d’un porte-avions ou d’une force amphibie
– la capacité d’assurer le commandement et la coordination des opérations aériennes menées à partir ou à proximité de la mer dans un contexte interarmées national ou interalliés.
Les dernières missions auxquelles elle a participé sont :
– mission Agapanthe (nov. 2010 à février 2011) : projection de puissance régulière du groupe aéronaval  en océan indien. Mission d’appui au sol des troupes de la coalition qui opéraient en Afghanistan et contrôle maritime, dans le respect du droit international
– mission Harmattan (mars à avril 2011) : intervention en Libye
– déploiement multi-missions en Méditerranée (nov. à déc. 2011 ; fév. à mars 2012 ; mai à juin 2013).

La frégate anti sous-marine Jean de Vienne

La frégate Jean de Vienne est une unité de lutte anti-sous-marine de la classe Georges Leygues.
Elle a été admise au service actif en 1984. Basé à Toulon, le bâtiment est intégré à la force d’action
navale regroupant tous les bâtiments de surface de la Marine nationale.
Délégation de la frégate anti sous-marine Jean de Vienne
235 marins dont 22 femmes.
EFFECTIF DEFILANT : un bloc de 72 marins
Ayant pour vocation la lutte anti-sous-marine en haute mer, la frégate participe à la défense des approches maritimes, s’assure du respect du droit international et de la défense des intérêts nationaux et affirme notre vocation maritime. Elle remplit avec son hélicoptère Lynx embarqué les missions d’une  frégate de premier rang :
– participation à la dissuasion par le biais de la sûreté de la force océanique stratégique et la qualification des équipages de sous-marins nucléaires
– mission de connaissance et d’anticipation par des missions de présence, de vigilance et de renseignement
– projection de puissance et de force : escorte du groupe aéronaval autour du porte-avions Charles de Gaulle ou d’un groupe amphibie autour d’un bâtiment de projection et de commandement  comme le Mistral par exemple
– missions de temps de crise : lutte contre la piraterie et les trafics illicites
– lutte contre la piraterie, les trafics illicites et le contrôle d’embargo.

La 35 F

L’hélicoptère Dauphin réalise deux missions essentielles :
– la sauvegarde des équipages lors des mouvements de catapultage et d’appontage de jour comme de nuit à bord du porte-avions Charles de Gaulle au cours des missions dites «Pedro»;
– la recherche et le sauvetage des personnes en difficulté au large des côtes françaises dans sa version « Dauphin-Service Public », dans le cadre de l’Action de l’Etat en Mer. Il arme cinq détachements répartis à Cherbourg, Le Touquet, La Rochelle, Hyères et Tahiti (200 personnes secourues en 2012).
 

La 36 F
L’hélicoptère Panther est utilisé dans le cadre des missions de lutte au-dessus de la surface, notamment dans la lutte contre la piraterie et les trafics illicites. Dérivé du Dauphin, c’est un hélicoptère léger, moderne et rapide, qui accroît considérablement les capacités d’action et d’information de son bâtiment porteur.

500 militaires à Toulon et un Panter à Hyères
Les toulonnais ne seront pas en reste puisqu’une prise d’armes et un défilé auront lieu à compter de 18h00 sur le boulevard de Strasbourg réunissant la Force d’Action Navale, le Centre d’Instruction Naval de Saint-Mandrier, l’escadrille des sous-marins nucléaires d’attaque, la base aéronavale d’Hyères,  l’école du personnel paramédical des armées, les marins pompiers, le 519ème Groupe de Transit Maritime, et le groupement de soutien de la base de défense de Toulon, soit 503 militaires.
A Hyères, près de la place Clémenceau, de 09h à 20h sans interruption, la base aéronautique navale présentera un hélicoptère Panther. Pilotes et techniciens seront présents toute la journée au pied de l’appareil pour le faire visiter et répondre aux questions du public.


Sources Marine Nationale et Dicod