TAJ, le logiciel qui reconnaît les délinquants

Les gendarmes utilisent ce nouveau logiciel de reconnaissance faciale rassemblant les photos des personnes fichées par policiers et gendarmes. Révolutionnaire.

Taj
Photo François Vignola Nice Matin

Ce logiciel de reconnaissance faciale, qui n'était encore qu'un doux rêve pour les enquêteurs il y a quelques mois, est désormais une réalité qui sera pleinement opérationnelle dans quelques jours dans tous les services d'enquête. Depuis la fin de l'année dernière, il est opérationnel au sein de la brigade de renseignements et d'investigations judiciaires (BDRIJ) du groupement de gendarmerie des Alpes-Maritimes. Il sera étendu aux autres unités et à la police dans les mois à venir.

La suite à lire dans  dans NICE MATIN