« Tonnerre d’acier » : une manoeuvre amphibie à Djibouti

Exercice-amphibie-geaom-2_article_demi_colonne

Tonnerre d’acier, un exercice amphibie d'évacuation de ressortissants français 
a été mené du
08 au 11 avril 2013  à Djibouti  par les forces françaises stationnées à Djibouti
(FFDj) et les éléments du groupe Jeanne d’Arc dont le BPC Tonnerre .  L’US Air force et  les forces armées djiboutiennes (FAD) y ont participé. Un détachement du 3 ème RAMa de Canjuers  était de la partie.

Retour  sur cet exercice. 

 

Cet exercice,
réalisé dans le cadre d’un scénario tactique réaliste, consistait à
sécuriser une zone sur 15 kms de profondeur par une manœuvre amphibie et
aéroterrestre en vue d’évacuer une trentaine de ressortissants
français.

Dans la nuit du 08 au 09 avril,les 50 véhicules blindés du groupement tactique embarqué (GTE) à bord du BPC Tonnerre  ( de Toulon) ont
été projetés en cinq vagues de batellerie vers les côtes djiboutiennes
pour rejoindre la zone d’action.Cette opération a été réalisée par les
deux chalands de transport de matériel(CTM) et l’engin de débarquement
amphibie rapide (EDAR) du groupe Jeanne d’Arc,avec la Gazelle embarquée
en appui. Au même moment, une section était héliportéepar Puma, afin de
saisir un point haut surplombant la zone. En quelques heures,les 200
militaires du GTE armée par la 6ème brigade blindée (3sections du 2ème REI, 1 section du 1er REG, 1 peloton du1er REC, un détachement d’observation d’artillerie du 3èmeRAMA) et leurs véhicules étaient engagés pour la phase terrestre.

Le raid a débuté au matin du 09avril,
coordonné en temps réel par l’état-major amphibie et le poste
decommandement Terre embarqué à bord du BPC Tonnerre.Les éléments
du GTE ont progressé jusqu’au camp d’entraînement d’Arta, appuyéspar
les moyens aériens des FFDj (2 Mirage 2000 D de l’escadron de chasse
3/11Corse, 1 Puma et 1 Gazelle du DETALAT), 3 F16 de la base américaine
de Djibouti ainsi que les deux Gazelle déployées depuis le BPC. Au cours
de cette manœuvre de reconnaissance visant à sécuriser la zone, les
troupes engagées ont rencontréune forte résistance ennemie, nécessitant
d’engager les avions de combat en Close Air Support. En raison de
ladureté des combats qui ont occasionné des pertes, des évacuations
sanitairesont été réalisées. Les blessés ont été héliportés en Puma vers
la base aérienne188 (BA 188) avant d’être pris en charge par le service
médical et transportés enambulance jusqu’à l’hôpital médico-chirurgical
de Bouffard.

Le 10 avril à l’aube, au
terme d’une nuit de combats, le GTE contrôlait les trois points clés dans
lazone d’Arta : deux grands axes routiers et un carrefour. Après avoir
mis enplace un dispositif sécurisé autour du point de regroupements
desressortissants – joués par du personnel de la BA188 des FFDj – ces
derniers ont été escortés sous protection du GTE afin d’être évacués.
Deux heures après leur récupération, les ressortissants étaient évacués
par héliportage vers le BPC Tonnerre. Dès lors, Le 11
avril, le GTE engageait son repli vers la plage. Accrochés à plusieurs
reprises, les hommes ont rembarqué dans les CTM et l’EDAR, toujours sous
la pression ennemie, mais sans perte. Au bilan, la mission a été
réalisée avec succès en dépit d’une forte opposition adverse.

Source DICOD