Yves Joly, nouveau « pacha » de la Méditerranée : portrait

 

Vice-amiral-d-escadre-yves-joly-prefet-maritime-mediterranee-c-sebastien-chenal-marine-nationale_article_demi_colonne
Photo Marine Nationale

Le vice-amiral d’escadre (VAE) Yves Joly a pris ses fonctions ce vendredi de
commandant de la zone maritime Méditerranée, commandant de la région
maritime Méditerranée, commandant de l’arrondissement maritime
Méditerranée, préfet maritime de la Méditerranée et officier général de
zone de soutien de Toulon. Il succède au vice-amiral d’escadre Yann
Tainguy.

Lire le reportage de  Var Matin

22423748
Photo Var Matin

Son portrait

Le vice-amiral d’escadre Yves Joly est né à
Saint-Mandé (Val de Marne) le 7 mai 1957. Il intègre l’École navale en
1976, est breveté de la spécialité de détecteur en 1982 et de l’école
supérieure de guerre navale en 1991. Il est auditeur, en 2003-2004, de
la 53° session du centre des hautes études militaires (CHEM) et de la
56° session de l’institut des hautes études de la défense nationale
(IHEDN).

Il débute dans les forces en 1979 sur le patrouilleur La Paimpolaise,
en Polynésie française, puis remplit les fonctions de chef du service
détection, successivement en océan Indien de 1982 à 1983 à bord de
l’aviso-escorteur Victor Schoelcher, puis en Méditerranée de 1983 à 1988 à bord des frégates Dupleix et Suffren. Il participe alors aux opérations relatives à la crise libanaise et au conflit Iran-Irak.

Affecté
en état-major à Toulon, il est chargé de la qualification
opérationnelle des bâtiments de surface, de 1988 à 1990, comme
spécialiste des opérations navales au centre d’entraînement de la flotte
puis, de 1993 à 1996, en qualité de chef de bureau à la division
entraînement de la force d’action navale.

Séparé
des espaces maritimes, il est affecté en poste interarmées à Paris de
1998 à 2001 où il remplit les fonctions de chef du théâtre "reste du
monde" au centre opérationnel interarmées (nouvellement CPCO) de
l’état-major des Armées. Il y assure notamment la conduite des
opérations relatives à la crise iraquienne, de celles liées aux
événements du Timor oriental et participe aux analyses stratégiques sur
le Sud Liban. Il est ensuite cadre-professeur au groupement
d’enseignement opérationnel du Collège interarmées de Défense.

Il exerce le commandement de la frégate anti-sous-marine Dupleix de
2001 à 2003 qui participe, dans cette période, aux opérations de lutte
contre le terrorisme et les trafics illicites en Méditerranée orientale
et dans le golfe arabo-persique. Ce troisième commandement fait suite à
ceux, de 1990 à 1992, de l’aviso Quartier-Maître Anquetil basé à Toulon et de la frégate de surveillance Prairial à Tahiti, de 1997 à 1998. Il participe sur le QM Anquetil à la guerre du Golfe et au suivi des premiers développements de la crise des Balkans et mène à bord du Prairial des missions de présence jusqu’aux confins du Pacifique.

A
l’été 2004, il exerce les fonctions de chargé d’études au bureau
d’études et de stratégie militaire générale à l’état-major des armées où
il traite notamment des questions de relations internationales.

De
2005 à 2007, il est le chef de la cellule relations internationales
« monde occidental et asiatique » (CM22) au cabinet du ministre de la
défense. Il y prépare les rencontres internationales ministérielles et
les fonds de dossier correspondants dans le cadre des organisations de
sécurité (OTAN, UE) et des coopérations bilatérales dans la zone
géographique confiée à sa cellule.

Après
avoir dirigé le cabinet du chef d’état-major de la marine de l’été 2007 à
l’été 2008, il est nommé à la tête de la division maîtrise des
armements à l’état-major des armées, en charge de l’export d’armement
(contrôle et soutien), de l’application et de l’élaboration pour la
Défense des positions françaises en architecture de sécurité en Europe,
notamment à l’OSCE.

De 2010 à 2013, il
exerce les fonctions de chef d’état-major de la force d’action navale,
composée d’une centaine d’unités opérationnelles représentant environ 12
000 hommes et femmes. A la tête d’un état-major de 360 personnes
chargées de la qualification, de la disponibilité et de l’organisation
de cette centaine de bâtiments et des trois groupes de plongeurs
démineurs, il a ainsi préparé les déploiements du porte-avions et des
unités engagées dans les opérations libyennes, de lutte contre la
piraterie et les trafics illicites, de déminage et de présence au large
de l’Afrique occidentale. Il est promu vice-amiral le 1er décembre 2011.

Le vice-amiral
d’escadre Yves Joly est commandeur de la Légion d’Honneur, officier de
l’Ordre National du Mérite, officier du Mérite maritime et titulaire de
la croix de la valeur Militaire. Il est marié et père de trois enfants.

Source Marine Nationale